Les tuyaux de vente-privée

À l’initiative de la Miel (Maison de l’initiative économique locale), 50 entrepreneurs « numériques » du 93 ont rencontré le 3 février les fondateurs de vente-privee.com dans leurs locaux. Une belle leçon d’entreprenariat.

« Les ventes privées des grandes marques avaient du succès à la fin des années 90 mais le chiffre d’affaires était limité par le manque d’espace. Jacques-Antoine Granjon (PDG de vente-privee.com, ndlr) a eu l’idée de créer une boutique sans murs pour vendre une infinité de produits. » Cofondateur de la plateforme de e-commerce Vente-privee.com en 2001, Ilan Benhaim confesse devant son auditoire avoir connu trois années difficiles.

Jusqu’à ce jour béni des dieux du commerce où l’entreprise explose les compteurs grâce à une vente privée de lingerie : « On a fait 140 000 euros en 24 heures ! Le chiffre d’affaires d’un magasin en trois semaines ! » Un succès inespéré qui contredit à l’époque les prophéties des oracles coupables de ne pas avoir anticipé l’explosion de l’ADSL. « Les experts nous conseillaient de ne pas faire de ventes le week-end car peu de Français avaient l’ADSL, se souvient Ilan Benhaim. On nous recommandait aussi de ne pas vendre de vêtements sur Internet car on ne pouvait pas les essayer. En réalité, personne ne savait ce qu’il fallait faire. »

« Il faut savoir s’entourer de talents »

La qualité première d’un bon entrepreneur selon Ilan Benhaim ? Être capable de dépasser ses peurs pour mettre en pratique ses idées. « Les start-up qui réussissent ne tergiversent pas sur la viabilité de leurs projets, elles agissent. Mais il ne suffit pas d’agir, il faut aussi finir ce qu’on commence. » L’entrepreneur a d’ailleurs affiché la maxime suivante dans son bureau : « Done is the engine of more (1) ». Il est également « important d’avoir les pieds sur terre tout en gardant la tête dans les étoiles, sans oublier de penser à long terme », ajoute Jacques-Antoine Granjon. C’est la raison pour laquelle le PDG de vente-privee.com a installé des prises haut-débit lorsqu’il a fait en 1998 des travaux dans ses locaux de la Plaine Saint-Denis.

Jacques-Antoine Granjon, Founder & CEO, vente-privee.com Photo : Kmeron

Jacques-Antoine Granjon, Founder & CEO, vente-privee.com
Photo : Kmeron

Un conseil également valable pour l’aspect recrutement: « Il faut savoir s’entourer de talents sur le long terme dans les domaines de compétences que l’on ne maîtrise pas. Monter son entreprise, c’est embaucher des collaborateurs plus forts que soi. » Et de mettre en garde les entrepreneurs de la salle sur les promotions internes à des postes clés : « Quand une entreprise grandit vite, ses dirigeants ont tendance à nommer les meilleurs experts à des postes de managers. Or, non seulement on perd un expert, mais il arrive aussi que cet expert soit un mauvais manager. »

La définition d’un manager de talent selon Jacques-Antoine Granjon ? « Savoir transmettre les informations pour que les décisions importantes soient connues par tous les employés, notamment les derniers échelons qui sont un maillon essentiel de la chaîne. » Le but d’une entreprise n’est en effet pas « uniquement de faire des profits, c’est aussi mutualiser les talents pour réaliser des projets ». Et de conclure : « L’entreprise est un lieu de diversité, en particulier dans le 93 où une grande part de la population est issue de l’immigration. Chez vente-privee, on se moque des appartenances religieuses ou ethniques de nos employés. Notre objectif, c’est de créer de la croissance sur le long terme tout en regardant autour de soi pour développer un écosystème sur le territoire. »Ce que les biologistes appellent « promouvoir la biodiversité ».

Julien Moschetti

Publié dans le JSD, le journal de Saint-Denis, le 9 février 2015.

Laisser un commentaire