Max Cooper, producteur généticien

Vous connaissiez la casquette de producteur de musique électronique de Max Cooper. Mais vous ne connaissiez peut-être pas ses passions en dehors de la musique.

« Je faisais de la recherche en biologie avant de me consacrer à 100% à la musique. Je travaillais sur l’évolution des RRG (réseaux de régulation génétique). J’ai développé un logiciel pour modéliser le fonctionnement des cellules. Les cellules sont en quelque sorte des microprocesseurs. J’analysais donc leurs mécanismes pour mieux comprendre le fonctionnement des êtres vivants. Aujourd’hui encore, j’étudie les phénomènes qui nous entourent et les lois scientifiques qui gouvernent nos vies. Bref, tout ce qui influence la manière dont nous pensons, la manière dont nous ressentons des émotions. Je lis régulièrement des ouvrages dans des domaines variés : physique, mathématiques, psychologie, philosophie…

 Max Cooper forward 9715

Ces moments de réflexion sont importants pour mon équilibre. Quand j’habitais en Irlande (Max Cooper est né à Belfast. ndlr.), je partais faire des ballades en solitaire dans la nature. Quelques minutes de voiture suffisaient pour sortir de la ville. Depuis que je vis à Londres, c’est devenu plus compliqué. Mais cela ne m’empêche pas de sortir régulièrement dans mon parc préféré : Hampstead Heath. Dans certaines zones du parc, on le sentiment de se retrouver en pleine campagne. Cet environnement paisible est propice à la relaxation. J’avoue, j’ai tendance à tout vouloir analyser. Je me sens sens plus paisible quand je suis dans la nature, je réussis à mettre le rationnel de côté. Et, pendant ce temps là… mon inconscient réfléchit à mille à l’heure.

Ce sont souvent dans ces moments là que les meilleures idées surviennent. De retour dans mon studio, je retrouve ma casquette de scientifique. A la manière d’un chercheur, je tâtonne, j’expérimente, j’explore toutes les possibilités qui me sont offertes. J’attache toujours une grande importance aux détails. Je déconstruis la matière sonore pour isoler de minuscules fragments de son. Quand j’ai le sentiment d’arriver au cœur du système, j’analyse l’interaction des sons entre eux avant de les assembler en un tout cohérent. Une chose est sûre, mon passé de généticien a une énorme influence sur ma production musicale. »

Julien Moschetti

maxcooper.net

Publié dans Trax en décembre 2014.

Laisser un commentaire