Les pionniers de la techno italienne

Prologue, M_Rec LTD, Semantica, Dynamic Reflection, Hypnus, Outis, Attic Music… Ces labels estampillés « techno atmosphérique » ont été fortement influencés, directement ou indirectement, par de la scène romaine des années 2000 et son légendaire label Elettronica Romana. Back to the roots of italian deep techno.

Tout a démarré dans les rayons du disquaire le plus réputé de la scène techno romaine du milieu des années 2000: le Re-mix de Maria Nasonte et Alession Armeni (Freddy K). Derrière le magasin de disques, un label mythique, Elettronica Romana (ER), à l’origine de l’émergence de producteurs italiens entrés dans la légende de la musique électronique : Donato Dozzy, Dino Sabatini, Claudio PRC, Giorgio Gigli et Brando Lupi. Marqués au fer rouge par les sorties d’ER, d’autres artistes italiens perpétueront la dynastie musicale en créant leur propre label quelques années plus tard : Tom Bonaty, Max_M ou Fabrizio Lapiana, respectivement fondateurs des labels Prologue, M_Rec LTD et Attic Music.

La marque de fabrique d’ER ? Une techno deep, dark, atmosphérique et hypnotique qui contrastait avec la vague minimale de l’époque. « J’appréciais les artistes comme Plastikman ou Donnacha Costello mais c’était trop minimal à mon goût, cela manquait de profondeur, se souvient Dino Sabatini. J’étais à la recherche d’une nouvelle atmosphère : plus deep, plus mélodique, plus psychédélique. » Une techno « plus sophistiquée, plus raffinée, moins froide », selon Giorgi Gigli. « Ces artistes ont eu besoin de s’orienter vers des sons plus hypnotiques à l’apogée de la période minimale », résume Mike Parker, qui signe à l’époque sur Orange Groove, le premier label de Dozzy. Si bien que la techno italienne « a progressivement donné naissance à ce qu’on appelle aujourd’hui la « voodoo techno » ».

De S.N.S. à Elettronica Romana

Mais comment expliquer l’émergence de ce genre musical ? Ex-guitariste dans un groupe de rock, Dino Sabatini mentionne deux influences majeures. La noirceur des groupes de post-punk et new wave des années 70/80 (Tangerine dream, Joy Division, The Cure, Siouxsie and the Banshees) et le trip hop « soulfull » de Massive attack. Passionné de musique psychédélique, Donato Dozzy était aussi fan de new wave et de rock progressif : The Who, Soft Machine, Goblin, Tangerine dream. Mais c’est aussi sa rencontre avec Lory D, le fondateur de S.N.S. (Sounds Never Seen), LE label mythique de la scène rave romaine des années 90, qui a participé à façonner sa musique. « S.N.S., c’est le son de la période raves: hard, acid et expérimental, rappelle Fabrizio Lapiana, le boss d’Attic Music. Le son ER, plus deep et atmosphérique, est apparu à l’époque phare de la minimal. Les deux styles musicaux étaient dark. » A l’image de Leo Anibaldi, l’un des pionniers de la scène techno romaine avec Lory D qui a marqué de son empreinte dark la scène romaine des années 2000.

italians-do-it-elettronica-donato-dozzy-bw

Même s’ils ne le revendiquent pas tous, la plupart des artistes d’ER se sont également inspirés du son berlinois. Preuve de leur fascination pour la scène allemande, Donato Dozzy et Dino Sabatini se sont installés à Berlin au milieu des années 90. « J’ai fortement influencé par la vague minimale », confesse Claudio PRC, qui cite Sleeparchive et Benjamin Fehr (Catenaccio Records), mais aussi Maurizio et Cio D’Or, une proche de Donato Dozzy originaire de Munich. Quant à Tom Bonaty, le fondateur de Prologue, il a en partie puisé son inspiration dans les labels harthouse (Sven Väth), Eye Q ou Kanzleramt. La techno de Detroit a sans doute aussi fortement influencé les producteurs italiens. Dino Sabatini, Giorgio Gigli et Claudio PRC citent l’influence majeure des premiers Plastikman. Claudio PRC évoque aussi Jeff Mills, Robert Hood et Rod Modell. Max_M, le fondateur de M_Rec_LTD, a eu le coup de foudre pour Underground Resistance. « C’était la première de ma vie que j’avais autant de frissons en écoutant du son », se souvient-il ému.

« Prologue est le digne héritier d’ER »

Mais la période d’euphorie d’ER sera bien éphémère. Confronté à des problèmes de distribution, le label s’éteint en 2006. Trois ans plus tard, Tom Bonaty reprend le flambeau en montant Prologue. La découverte du troisième ep d’ER (« Destination Eskimo » de Donato Dozzy et Brando Lupi) fera office de déclic. Comme un symbole, Dino Sabatini et Giorgio Gigli signeront les 1ère et 3ème sorties du label. Donato Dozzy et Claudio PRC font aussi partie du catalogue. Mais aussi bientôt Brando Lupi. « Prologue est le digne héritier d’ER », estime Dino Sabatini. Une analyse confirmée  par Claudio PRC : « Plusieurs artistes d’ER ont forgé l’identité musicale du label de Prologue. Le label Hypnus de Ntogn a ensuite sans doute été influencé par Prologue. Je ne dirais pas la même chose de M_Rec LTD qui a un catalogue plus hétérogène ». Mais Tom Bonaty refuse cette étiquette d’héritier : « Les véritables héritiers d’ER, ce sont les Italiens. Ils sont capables de produire des tracks incroyablement deep et hypnotiques avec une texture extrêmement riche. Dans mon esprit, nous sommes les inventeurs de la deep techno moderne. C’est aujourd’hui un son unique reconnu sur la scène internationale.» Un style musical qui n’est désormais plus l’apanage des Italiens dans un monde globalisé. Il suffit de regarder les catalogues de Prologue, Hypnus ou Semantica pour s’en rendre compte.

Julien Moschetti

Publié dans Trax en mars 2015.

 

Huit producteurs dans la lignée du son « Elettronica Romana »

Dino Sabatini

Moitié de Modern Heads avec Gianluca Meloni, il a fait les beaux jours d’ER et Prologue (le fameux double EP “Daughter of Phorcys”). En 2011, il fonde le label Outis pour explorer le côté sombre et hypnotique de la techno aux côtés de Donato Dozzy ou Giorgio Gigli. Sorti en 2012 sur Prologue, les percussions tribales de son 1er album « Shaman’s Path » plonge l’auditeur dans les abimes du dark. Désormais « lassé par la techno », Dino prépare un album aux accents trip hop.

Giorgio Gigli

Adepte d’une techno deep et mentale à l’époque d’ER, il fonde en 2008 avec Obtane (aka Violet Poison) le label Zooloft records. Une techno dark et drone qui l’amènera à collaborer avec des artistes comme Speedy J (Electric Deluxe) ou Perc dans une veine plus industrielle. Il est aujourd’hui proche de la nouvelle génération de producteurs italiens (Fabrizio Lapiana, Ness, VSK, PVS,) mais aussi de Speedy J ou Brendon Moeller.

Brando Lupi

 « On peut résumer ER à Brando Lupi and Modern Heads », dixit Giorgio Gigli. L’homme de l’ombre du défunt label s’est essayé à la guitare et au piano avant de mixer à l’âge de 14 ans. Fondateur du label Detune Records en 2000, ce producteur et DJ de génie bercé par les raves romaines des années 90, a également signé sur Mental Groove, Field, Dozzy records, Zooloft ou Dewtone.

Fabrizio Lapiana

Chef de file de la nouvelle génération de producteurs italiens, le boss du label Attic Music a découvert la techno avec Lory D, Leo Anibaldi ou Freddy K. Influencé par ER, S.N.S. et la scène américaine (UR, Jeff Mills, Robert Hood, Planetary Assault System), il distille aujourd’hui une techno dark, hypnotique and groovy.

Tom Bonaty

Fortement influencé ER, il a réuni sous son label Prologue les producteurs les plus talentueux de la scène techno atmosphérique actuelle. Des Italiens bien sûr (Donato Dozzy, Dino Sabatini, Giorgi Gigli, Claudio PRC, Ness…) mais aussi Cio D’Or, Abdulla Rashim, Milton Bradley ou Edith-Select.

Max_M

Fondateur du label M_Rec LTD, élu label du mois en janvier par Resident advisor, Max_M propose un catalogue qui explore tout le spectre de la techno actuelle. Des Italiens bien sûr (Giorgio Gigli, Obtane, Fabrizio Lapiana, Ness) mais aussi des pointures internationales : Milton Bradley, NX1, Aiken, Stanislav Tolkachev, Forward Strategy Group, Truss, Donor…

Ness

De l’avis même de Dino Sabatini ou Giorgio Gigli, c’est l’une des étoiles montantes de la techno italienne. Proche de Claudio PRC, Brando Lupi ou Nuel, il a été d’abord influencé par la scène trance (labels Renaissance et Border Community) avant de dévoiler une techno deep et hypnotique teintée d’ambient proche d’une nouvelle génération de producteurs : Deepbass, nAX_acid, Vilix, Conrad Van Orton, VSK, Luigi Tozzi, Mod21.

Ntogn

Boss du label Hypnus, le Suédois est un adepte d’une techno dark, hypnotique et chamanique pour accéder à « un niveau supérieur de conscience ». Digne successeur d’ER avec Prologue, Hypnus propose une techno atmosphérique et mentale incarnée par des Italiens (Claudio PRC, Ness) mais aussi Cio D’or, Alan Backdrop, Svreca, Edith-select ou Deepbass.

Julien Moschetti

 

 

1 commentaire

Laisser un commentaire