Le classique métissé

Dans le cadre du festival Métis, l’ensemble vocal Les Cris de Paris explore les chants de contrées lointaines, le 20 mai à l’Hôtel de ville de La Courneuve.

Créé en 1999 par le chef de cœur Geoffroy Jourdain, qui vient d’être nommé directeur du théâtre lyrique et musical La Péniche Opéra, l’ensemble Les Cris de Paris propose une approche novatrice d’expressions vocales multiples, entre musique savante, chansons et musiques vocales sans parole. Son répertoire s’étend du XVIe siècle à aujourd’hui. L’ensemble se décline en des formations variées, de trois à quatre-vingt interprètes (chanteurs et instrumentistes), et les musiciens collaborent régulièrement avec des comédiens, danseurs, plasticiens, metteurs en scène, vidéastes, auteurs, chorégraphes…

Les cris de paris

Curieux et passionnés, ils élaborent des programmes musicaux originaux ; redécouvrent des œuvres méconnues et explorent les potentialités de la voix contemporaine. En 2014, La Tour des Babils s’appuyait sur la virtuosité vocale de ses interprètes et nous plongeait dans un univers sonore singulier, là où les musiques se font vocalises et onomatopées. Les Cris de Paris savent conjuguer les œuvres du passé et les genres différents. L’année dernière, ils avaient fait sensation au festival de Saint-Denis avec un concert dédié à Vivaldi. De passage à La Courneuve dans le cadre du festival Métis, ils partiront à la découverte des chants les plus étranges et les plus lointains de Papouasie, de la corne de l’Afrique et du Nunavut canadien. Un voyage fascinant vers l’ailleurs, en compagnie de l’autre.

Julien Moschetti

 

Publié dans Regards, le journal de La Courneuve, le 15 mai 2015.

Laisser un commentaire