Coup de pouce au destin

Plus de 200 jeunes étaient réunis à la Maison pour tous Youri-Gagarine le 16 mai pour assister à la remise de diplômes de l’ONG franco-américaine Global Potential spécialisée dans la formation socio-éducative.

Construire une bibliothèque dans un village sénégalais, mettre en place un échange culturel entre les jeunes du 93 et des cités new-yorkaises, créer sa marque de vêtements… Les vingt diplômés de la dernière promotion de Global Potential ont des projets plein la tête. Fondée en 2007 à New-York, l’ONG franco-américaine est installée à La Courneuve depuis 2012. Objectif : accompagner les jeunes des quartiers sensibles âgés de 15 à 30 ans pour les aider à aller au bout de leurs rêves. 90 % d’entre eux éprouvent en effet des difficultés d’apprentissage, d’intégration ou d’insertion.

« Nous les aidons à libérer leur potentiel pour qu’ils deviennent acteurs de changements sur le plan local et global, précise Sarah Gogel, directrice générale de Global Potential France. L’idée, c’est qu’ils deviennent entrepreneurs de leur propre vie, qu’ils prennent en main leur destin. Beaucoup trouvent ensuite un emploi qui a du sens pour eux et qui a un impact social. » L’ONG a mis en place un programme socio-éducatif gratuit de 18 mois réparti en trois phases. La première est une formation théorique d’une durée de six mois déclinée sous la forme d’ateliers hebdomadaires thématiques : citoyenneté, identité, tolérance, racisme, développement durable…

11203617_10153182485721084_3309182990156450058_o

« Ces activités de groupe leur permettent de se connaître et de prendre confiance en eux, explique Sarah Gogel. Nous essayons d’aller au-delà des croyances véhiculées par l’école et la famille pour ouvrir leur regard sur le monde et susciter leur engagement. » Un apprentissage consolidé durant la 2e phase. Hébergés dans les familles d’accueil durant six semaines dans des pays étrangers ( Sénégal, Nicaragua, Haïti, République Dominicaine…), les jeunes participent à des projets solidaires afin d’améliorer les conditions de vie dans les villages ruraux.

Originaire de La Courneuve, Kossa, 22 ans, a contribué à la construction d’un centre de santé dans un village nicaraguayen en 2012. « On se levait tôt pour travailler tous les jours sauf le week-end, se souvient-il. J’ai fini par prendre le rythme, je suis beaucoup moins flemmard aujourd’hui. » De retour en France, il a suivi la 3e phase : 10 mois et demi pour mettre en œuvre un projet professionnel, social, artistique ou citoyen. Avant de signer un CDD d’un an avec Global Potential. Son objectif ? Monter une agence immobilière.

Ibrahim, 26 ans, rêve quant à lui de créer une entreprise de nettoyage en privilégiant l’embauche d’anciens détenus pour « aider les personnes de mon entourage qui ont fait de la prison ». Comme Kossa, il bénéficie du programme Press Start : deux semaines de formation entrepreneuriale rythmée par des rencontres avec des intervenants de différents secteurs qui lui ont conseillé « de persévérer pour aller au bout du projet car c’est toujours difficile au début. » Quant à Aida, une Courneuvienne de 24 ans originaire des Comores, elle aimerait créer sa collection de robes de soirées sur mesure : « J’avais ce projet en tête depuis le collège, mais je n’aurais jamais osé le faire sans le soutien de Global Potential. »

Actuellement en formation en alternance dans une école de mode, cette bénéficiaire du CCR (Contrat Courneuvien de Réussite) projette aussi de mettre en place un atelier de couture pour valoriser le savoir-faire des Comoriens. « Les entrepreneurs que j’ai rencontrés ont eu un parcours difficile mais ils ont fini par réussir, ajoute-t-elle. Aujourd’hui, je n’ai plus peur de l’échec, car si j’échoue, je peux toujours recommencer. » Si tout se passe comme prévu, Aida lancera sa marque de vêtements en juin prochain pour donner corps à ses rêves. De préférence à La Courneuve : « Pour rendre à cette ville ce qu’elle m’a offert. »

Julien Moschetti

http://globalpotential.fr

Publié dans Regards, le journal de La Courneuve, le 29 mai 2015.

Laisser un commentaire