Marchand d’armes schizophrène

Côté pile, le Royaume Uni arbore l’étendard de la condamnation internationale tout en plaidant pour des critères stricts sur les transferts d’armes. Côté face, l’un des cinq plus gros exportateurs mondial d’armes classiques fournit sans scrupules de la poudre à canon à des pays violant régulièrement les droits humains : Arabie saoudite, Sri Lanka, Libye, Yémen… Flagrant délit d’hypocrisie révélé par un rapport d’Amnesty International: une société écran enregistrée à Londres, S-Profit Ltd, a servi d’intermédiaire pour livrer des armes et des munitions au Soudan du Sud. Montant estimé de la transaction : 38,7 millions d’euros.

S-Profit Ltd serait également impliqué dans la commercialisation de véhicules blindés, d’armes et d’avions à l’Égypte, au Sénégal, au Mali, au Rwanda, à l’Ukraine, ou au Pérou. Dans le même temps, le gouvernement britannique s’affiche comme un ardent défenseur de l’embargo des Nations unies sur les armes à destination… du Soudan du Sud, région connue pour être le théâtre de l’une des guerres les plus longues et meurtrières du monde 1.

Photo : Fred Marie

Et pendant qu’un million de personnes fuyaient en l’espace d’un an la province d’Équatoria (Soudan du Sud) pour échapper aux tueries et aux mutilations, le gouvernement anglais feignait d’ignorer les contrats illégaux conclus sur son propre territoire. Oui, feignait. Car les autorités ont été alertées il y a 8 ans des activités de sociétés écrans britanniques qui participaient indirectement à la vente d’armes à destination de pays faisant l’objet d’un embargo : Syrie, Érythrée, Soudan du Sud…

Mais le Royaume-Uni n’a jamais pris de véritables mesures coercitives à l’encontre des entreprises concernées. Pire : il a assoupli sa législation entre 2013 et 2016 pour faciliter l’enregistrement des sociétés britanniques et réduire les exigences de transparence financière. Business as usual…

Julien Moschetti

1 : le Soudan a connu 49 années de guerre en 60 ans

Billet publié dans La Chronique d’Amnesty International (novembre 2017)

Laisser un commentaire