Le patrimoine aussi se numérise

Depuis plus de 20 ans, Art Graphique & Patrimoine (AGP) met son expertise dans le numérique au service de la sauvegarde et de la valorisation des plus beaux fleurons du patrimoine français.

Depuis septembre dernier, AGP a quitté Joinville-le-Pont pour s’installer à La Plaine Saint-Denis, en plein cœur du Parc des Portes de Paris. Ses bureaux sont situés dans le « WorkUp » d’Icade, un écosystème entrepreneurial constitué de start-up et de TPE issues des industries culturelles et créatives. Mais l’entreprise n’a rien d’une start-up.

Fondée en 1994 par Gaël Hamon, tailleur de pierre et appareilleur de formation, AGP est aujourd’hui leader de la numérisation 3D du patrimoine culturel sur le marché français. Des clients prestigieux figurent en effet sur son CV : château de Versailles, musée du Louvre, cathédrale Notre-Dame de Paris, Mont-Saint-Michel…

Numérisation 3D du Mont Saint-Michel. Droits réservés.

L’entreprise est spécialisée dans la reproduction numérique (relevés et numérisation 3D) de monuments historiques. Ses techniques de mesure ultra-précises (1) utilisent le meilleur des technologies actuelles. « Nous sommes en mesure de relever en très haute définition par scanner laser tout type de bâtiment et d’objet », précise la responsable communication Chiara Cristarella Orestano.

Cette numérisation 3D ou « nuage de points » permet de radiographier les oeuvres d’art et les bâtiments. La modélisation BIM(2) consiste ensuite à « réaliser le modèle 3D d’un bâtiment associé à une base de données technique (mesures, matériau…) » pour construire un « double numérique ». Une technique utilisée pour la gestion et la restauration des fleurons du patrimoine français : musée du Louvre, Opéra Garnier, Grand Palais…

Numérisation 3D de la cathédrale de Saint-Denis.

Autre activité d’AGP : la médiation culturelle. La reconstitution « 3D historique » permet de reconstituer le puzzle historique des sites : théâtre antique d’Arles, pont d’Avignon, dôme des Invalides… Des outils pédagogiques qui enrichissent le parcours des visiteurs équipés de tablettes tactiles : « Grâce à la réalité augmentée et à l’image 3D, on comprend l’évolution de l’architecture d’un site, on remonte le temps jusqu’au XVIIe ou l’antiquité tardive », souligne Chiara Cristarella Orestano.

L’entreprise est également à la pointe dans le développement d’applications, qu’il s’agisse de visites virtuelles ou de réalité augmentée (arènes de Nîmes, dôme des Invalides…). Dernière technologie mise en pratique : la réalité virtuelle (VR). A l’image d’une application 3D mise au point sur le site archéologique de Javols en Lozère (3). Munis d’un casque de réalité virtuelle, les visiteurs entrent en immersion au coeur de la ville, au IIe siècle ap. J-C… Grâce à AGP, l’histoire du patrimoine n’a jamais semblée aussi proche.

Julien Moschetti

(1) lasergrammétrie, photogrammétrie, vidéogrammétrie…
(2) Building Information Model
(3) ancienne capitale gallo-romaine des Gabales, un peuple gaulois.

Publié dans l’Eco de Plaine Commune, en mars 2017.

Laisser un commentaire