Paris 8 : héritière du Centre expérimental de Vincennes

L’université de Paris 8-Vincennes à Saint-Denis est l’héritière du Centre universitaire expérimental de Vincennes (CUEV) qui fut rasé en 1980, avant de déménager dans la cité des rois. Retour sur la genèse de ce passage de témoins.

« L’université de Vincennes n’est pas sortie, comme par miracle, du néant. Elle a été la concrétisation d’une nébuleuse dont les contours s’étaient lentement dessinés à la faveur de l’effervescence intellectuelle du printemps 1968.»Premier président du Centre universitaire expérimental de Vincennes (CUEV), l’écrivain Raymond Las Vergnas savait mieux que quiconque que son université était née de l’esprit de liberté qui souffla sur Mai 68.

Ce n’est pas non plus un hasard si le CUEV a ouvert ses portes le 13 janvier 1969 dans le bois de Vincennes. «C’était tout un symbole car c’était un cadre agréable situé à l’écart du foyer de contestation du quartier latin, analyse a posteriori la sociologue Josette Trat qui a étudié au CUEV avant d’enseigner à Paris 8. C’était aussi une vitrine pour le gouvernement qui désirait montrer qu’il avait entendu le message de Mai68 en rénovant la pédagogie, ce qui n’a pas empêché pendant une décennie la poursuite de la mobilisation contre les mauvais coups des gouvernements successifs.»

Le Centre universitaire expérimental de Vincennes (CUEV). Droits réservés.

C’est en effet pour éloigner les étudiants les plus contestataires du centre de Paris que De Gaulle a doté le CUEV d’une grande autonomie pédagogique. Cette expérimentation unique reposa notamment sur la pluridisciplinarité (décloisonnement des disciplines) mais aussi l’émergence d’enseignements inédits (cinéma, psychanalyse, arts plastiques, théâtre, urbanisme, intelligence artificielle…).

Des grands intellectuels de l’époque

C’est ainsi que Dominique, qui fut étudiant à Vincennes de 1971 à 1974, a obtenu sa licence en validant des unités de valeur (UV) dans une large palette de disciplines : histoire-géographie, cinéma, architecture, lettres modernes… «On étudiait des textes avec des angles pluridisciplinaires. On allait au-delà du texte, en essayant de comprendre l’environnement et le contexte historico-psychanalitico-familial de la personne qui écrivait.»

Dominique a été particulièrement marqué par le cours « anthropologie des films d’horreur » : «On regardait des films sur Frankenstein ou Dracula pour essayer de comprendre pourquoi on était fasciné par l’horreur.» Les projections se déroulaient le samedi matin, d’autres cours étaient proposés le soir pour permettre la participation des salariés, mais aussi des non-bacheliers et des immigrés. À leurs côtés, une équipe pédagogique composée des plus grands intellectuels de l’époque : Michel Foucault, Gilles Deleuze, Roland Barthes, Félix Guattari, François Châtelet…

Une réflexion permanente sur la société

Vincennes inaugura aussi de nouveaux rapports entre les étudiants et les enseignants qui allaient dans le sens d’une érosion des liens hiérarchiques. Tout le monde était sur le même pied d’égalité, le tutoiement était devenu la règle. Une atmosphère propice au débat d’idées, notamment le débat politique : «Les cours étaient traversés par une réflexion permanente sur la société », se souvient Dominique.

« En dehors des cours, tu restais à Vincennes pour tenter de créer une dynamique révolutionnaire. Il y avait en permanence des AG et des débats sur les luttes sociales en cours.» Jusqu’au jour où l’université a été expulsée du bois de Vincennes : «Le déménagement a été un choc très violent, tout a été rasé en une semaine, rappelle Dominique. Il y avait une volonté de faire disparaître toutes les traces, un peu comme ce qui s’est passé pour la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.» Quelques semaines plus tard, les fantômes de Vincennes ressuscitaient à Saint-Denis.

Julien Moschetti

Article publié dans le Journal de Saint-Denis (JSD) le 12 mai 2018.

Pour en savoir plus, regardez le documentaire Vincennes, l’université perdue :

https://rutube.ru/video/2a60cb8e726122bb0d0b93834e0b3a3d/

Leave a Comment